Navigation | WELCOME ON EARTH

Archives

Catégories

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

a:1:{s:5: »title »;i:0;}

patbaur

Liens

Voulez-vous lire la suite des aventures de Bernard?

Vous sentez vous mieux après écoute de Josh ROUSE?

Chargement ... Chargement ...

WELCOME ON EARTH

dsc00811.jpg

14 décembre 2006 Bernard à New York Noël à New York en plein Midtown.Nous sommes en décembre et la température reste très clémente.. Chaque passant s’arrète quelques secondes devant ces anges illuminés. Parmi eux Bernard ….Ah! C’est vrai vous ne connaissez pas Bernard! Je vais vous le présenter…J’ aimerais que vous ayez une vision objective de sa personnalité…Pour cela raconter son histoire parait inéluctable…Même s’il me faut remonter loin dans le temps…

Bernard descendait en sautillant gaiement la chaussée étroite, bordée de petites maisons avec jardinets, qui menait au lotissement en contrebas. Il n’avait aucun souvenir de cet endroit …Pourtant c’était à peine à 15 minutes de marche de la maison dans laquelle il habitait avec sa grand-mère Simone, « mémé » ou « la casse pieds» selon son humeur du jour ou plutôt du taux de satisfaction quelle donnait à ses désirs formulés. Heureusement pour mémé ce qualificatif lui était rarement appliqué car Bernard, âgé de 11 ans, était plutôt un garçon sage, peu envieux, et d un naturel bienveillant ce qui rendait leur existence commune heureuse et simple. Comme tous les matins de dimanche, Bernard s‘était levé tard.Alors qu’il buvait son habituel bol de chicorée matinal, boisson qu’il finirait par haïr 10 ans plus tard , mémé avait lancé : -« Ca va mon grand ? Tu as bien dormi ? A midi nous allons manger chez les cousins Marie et Léon à St Aignan.Tu ne fera pas attention à Léon, il est un peu bizarre…. » Bernard pour l’instant faisait surtout attention à ne pas relâcher ce satané bol fumant de chicorée qui brûlait les doigts et ne relevât pas. N’allez pas penser qu’il était dénué de tout esprit curieux car depuis son plus jeune age il possédait une forte aptitude à gérer l’essentiel et l’urgent avec une forte propension à écarter ou différer le futile, mais en l’occurrence sa priorité à ce moment consistait à ne pas s’ébouillanter .Ce qui lui apparaissait plus important que de savoir pourquoi Léon pouvait être bizarre. En contrebas s’étalaient les pavillons de St Aignan et l’impression de Bernard se confirmait. Non, décidemment cet endroit ne lui disait rien. Il se sentait d’une humeur enjouée ce matin, et la couleur du ciel de cette belle journée ensoleillée contribuait à cette sensation…Un bleu azuréen uniforme sans imperfection.Si le bleu demeurerait une de ses couleurs favorites il prendrait conscience plus tard dans sa vie que ce serait en vérité la lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle, qui constituerait un des paramètres importants de son humeur momentanée, réglant le niveau basal de son moral du jour… -« Hé ralentis un peu mon grand ! J ai du mal à te suivre…. »Bernard tourna la tête et fit ce que mémé demandait.Elle clopinait derrière lui. Simone avait mis au monde 4 enfants et gardé du dernier accouchement cette démarche chaloupée de pirate, exacte réplique de celle du mauvais marin à la jambe de bois du film « l’île au trésor » ,adaptation du roman de R.Stevenson. -« Pourquoi boites tu mémé ? »Lui avait-il demandé à brûle pourpoint un jour ou sa démarche cahotante l’interpellait, alors qu elle rentrait cahin-caha de ses courses quotidiennes de la coopérative du coin. Voila bien le propre des enfants, s’étonner subitement de ce qui les entoure depuis toujours comme si leur curiosité s’aiguisait d’un coup. Elle lui avait alors relaté avec gravité son dernier accouchement : une mise à bas interminable, durant laquelle l’enfant qui portait le même prénom que Bernard, semblait refuser de découvrir le monde extérieur ,comme s’il pressentait le terrible destin qui l’attendait et qui l’amènerait à perdre la vie lors d’un tragique accident de voiture à l’age de 20 ans…..Le dénouement heureux n’avait été obtenu qu au prix d’une légère complication selon les dires officiels du gynécologue,à savoir une luxation de hanche liée aux manœuvres intempestives et forcées, et qui le soir même se prenait la cuite de sa vie en songeant qu’il avait échappé de peu au procès médical de sa carrière,louant au ciel le caractère bon enfant et fataliste de sa patiente. Bien sur tout cela paraissait relativement opaque dans l’esprit de Bernard, dont la sexualité se résumait pour l’instant à quelques érections nocturnes et pour qui la conception imaginative des enfants paraissait aussi complexe que les magnifiques machines à poulies et rouages de Léonard de Vinci ornant son livre d’histoire.Quand à l’accouchement, s’il se doutait bien qu’il faille de préférence utiliser un orifice naturel de la mère, il hésitait entre de multiples solutions dont l’ombilic. A SUIVRE

Par patbaur le 15 décembre, 2006 dans Non classé

Laisser un commentaire

pois |
Marie Jo "Bienvenido... |
shiatsu 74 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE MATERNELLE JULES RAVAT
| Le Blog du Club Social
| eleve des francs-bourgeois !